Patrimoine

 

Patrimoine_PorteHal_25.jpg

Depuis 2006, le Festival développe, avec le soutien de la Direction des Monuments et des Sites de la Région de Bruxelles-Capitale, un programme axé sur la découverte par les 10-12 ans d’édifices classés : "Quand le patrimoine s’emballe…"


L’objectif est de profiter de la restauration d’un bâtiment pour attirer l’attention sur lui et permettre à des enfants de l’apprivoiser, de l’interpréter à travers différents ateliers artistiques et, enfin, d’utiliser les bâches du chantier comme support de leur créativité.


Cela a amené notre asbl, en 2006, à faire découvrir aux enfants de 6ème primaire de l'école Baron Steens l'église Notre-Dame du Sablon et à leur faire décorer de dessins la palissade dissimulant le chantier. En 2007, le projet a été plus ambitieux : grâce à la collaboration de la vzw "Beeldenstorm", cinq classes de 5ème primaire (trois francophones et deux néerlandophones) ont été initiées à l'histoire de la Porte de Hal et ont pu exprimer avec l'aide d'artistes-plasticiens leur vision de ce bâtiment emblématique. La synthèse de ce travail a permis la réalisation de deux bâches d'environ 70 m2 apposées sur les flancs de l'édifice.

La démarche a également fait l'objet d'une exposition aux Halles St Géry en juin 2008.
En 2008, le projet a été mené, selon la même formule, autour de la rénovation de l'ancien Hôtel de Ville de Laeken et une fresque de plus de 400 m2 a protégé l'édifice durant les travaux.
Au cours de l'année scolaire 2008-2009, l'église Sainte-Catherine a fait l'objet du même type de traitement. Vu le retard pris par les travaux qui a empêché le placement de la bâche, le processus s’est clôturé par l’édition d’un livre, mémoire du travail accompli, qui a été remis à tous les enfants impliqués dans le projet.


Patrimoine PelgrimsEn 2010-2011, c’est la Maison Pelgrims, à Saint-Gilles, qui a été choisie. Plus de cent élèves de fin de primaire fréquentant des écoles d’Anderlecht, d’Ixelles et de Saint-Gilles ont eu l’occasion de l’explorer durant plusieurs mois.


Ils ont visité cet édifice avec une historienne de l’art pour en apprendre l’histoire et en découvrir les caractéristiques architecturales. Puis, avec la complicité d’artistes-plasticiens, ils en ont interprété les éléments remarquables:  la façade, la fontaine en mosaïque, les plafonds ornés de stuc, les rembardes en ferronnerie, les fenêtres en grisaille et vitrail, l’escalier de bois, le jardin à l’anglaise. Ils ont également eu l’occasion de rendre visite à des artisans de la restauration qui leur ont expliqué leur métier. Parallèlement, leurs enseignants ont pris le relais pour intégrer ces démarches au sein de leurs cours. Les oeuvres des enfants ont servi de base à la création des banderoles visibles sur la façade jusqu’en septembre et, du 8 au 16 juin, à une exposition dans la Maison même. Enfin, l’expérience a fait l’objet d’un livre-témoin remis à chacun des participants et disponible sur demande.

 

En 2011-2012, c'est l'Hôtel communal de Forest qui a été au centre des attentions. Le travail artistique s'est développé à partir des coups de coeur des enfants, à savoir les bronzes du sommet de la tour, les cracheurs d'eau de la façade, les vitraux du hall d'honneur, les luminaires des salles d'apparat et " la forêt cachée" dans le marbre, le bois et les bas-reliefs.

L'Abbaye de Forest a accueilli en juin une exposition des oeuvres originales et une brochure a également été éditée.

Comme il s'est avéré en cours de processus que la rénovation - essentiellement intérieure - ne nécessiterait pas de bâchage de l'édifice, ce sont les flancs d'une cinquantaine de véhicules de la STIB qui, en novembre 2012, ont servi de cimaises mobiles.

 

 

 

Galerie d'images: